Thèse de doctorat

Pour accéder à la dernière version de la thèse, telle que corrigée et déposée le 26 Janvier 2011,
rendez vous à ce lien de téléchargement.

Résumé

Les wikis publics permettent à leurs lecteurs de participer à l’écriture de leur contenu. Cette recherche s’inscrit dans une perspective d’anthropologie des savoirs, en ce qu’elle vise à comprendre ce que les wikis permettent d’un point de vue cognitif et ce qu’ils questionnent d’un point de vue épistémique et politique. L’usage de ces artefacts s’est notamment répandu avec leur implémentation pour de grands projets de construction et d’organisation de connaissances (encyclopédie, documentation en ligne). Nous émettons l’hypothèse que cette appropriation renvoie à deux enjeux anthropologiques majeurs, l’un ayant trait à la forme de cognition (distribuée socialement et techniquement) rendue possible par les wikis, l’autre étant lié aux problèmes d’organisation de communautés ouvertes dont le projet est épistémique. Cette recherche a pour but premier d’analyser la contribution en tant qu’activité constitutive des projets menés sur les wikis publics. Se faisant, elle questionne non seulement les conditions épistémiques, mais aussi les conditions politiques de la construction de connaissances sur un mode collectif et médiatisé. Notre second but est de comprendre le rôle de la négociation dans la contribution. Ayant défini que les communautés épistémiques se reconnaissent au fait qu’elles produisent des connaissances de façon délibérée et délibérative, nous avons postulée que l’analyse du déroulement des négociations entourant des contributions allait nous permettre d’étudier la façon dont les acteurs gèrent l’intrication des dimensions sociales, politiques et épistémiques. À partir de là, nous avons articulé notre travail autour de cette question : Que révèle l’étude de la négociation des contributions au regard de la construction des connaissances et des conventions de participation dans les communautés épistémiques ?

Pour étudier les contributions et leurs négociations, nous avons procédé en trois étapes. D’abord, nous avons réalisé un travail de définition des concepts de communautés épistémiques, de contribution et de politisation. Nous avons aussi pris soin de définir en quoi l’étude des négociations pouvait nous aider à comprendre la participation aux problèmes épistémiques et sociaux. Ensuite, pour réfléchir à ce qui caractérise la contribution épistémique, nous nous sommes appuyée sur le résultat d’une enquête par questionnaires en ligne et sur des entretiens menés auprès de contributeurs de trois communautés (issus du wiki de Debian, du wiki de la communauté Ubuntu-fr et du Projet:Québec de Wikipédia.fr). Ces trois études de cas devaient nous permettre de comparer des témoignages sur l’activité de contribution pour dégager des éléments caractéristiques. En troisième lieu, nous avons procédé à l’analyse détaillée des échanges s’organisant autour d’un litige ayant trait soit aux contenus, soit aux dispositifs, soit aux règles internes de chacune de ces communautés.

L’analyse conceptuelle nous a mené à proposer quatre caractéristiques de la contribution. Il s’agirait d’une activité motivée par un intérêt personnel, orientée vers un objectif de mise en commun, impliquant une délibération et une forme de reconnaissance liée aux compétences.

Le travail d’enquête nous aura amené à revoir cette caractérisation en considérant ces points comme étant avant tout l’objet de tensions caractéristiques. Ainsi avons-nous découvert que les motivations et attentes des contributeurs se construisaient en tension entre intérêt personnel et collectif, que les principes de sélection des contributions étaient constamment débattus, de même que le rapport à la reconnaissance et à l’identification des participants dans un univers où l’anonymat est souvent de mise. Cependant l’enquête révèle que loin d’être nuisibles, ces mises en débat semblent structurantes, ce qui renforce l’idée que les négociations d’ordre social et politique jouent un rôle majeur dans la vie des wikis.

Finalement, l’analyse détaillée nous a permis de distinguer ce qui, des négociations, relevait d’une dispute sociale et d’une dispute épistémique. Elle nous a aussi permis d’observer que les contributeurs les plus impliqués savaient eux aussi faire cette distinction et passer d’un domaine à l’autre à des fins de résolution d’une dispute. Cela nous amène à conclure que les wikis supportent bien une forme nouvelle de cognition collective. Nous pensons voir émerger une culture de la contribution qui s’appuie sur une appropriation communautaire des enjeux politiques et épistémiques ayant trait à une forme participative de production de connaissances. Nous soulignons finalement les formes d’exclusions propres à ce phénomène : les inégalités de l’accès et de la participation à cette forme d’écrit public, la sous-représentation des femmes et des communautés culturelles minoritaires, ainsi que les risques de bureaucratisation, de manipulation de l’information et de formation d’une élite technique ou politique

Leave a Reply